Accueil - Les Fables de Jean de La Fontaine - Les deux amis

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Les deux amis

" Les deux Amis " est une fable issue du second recueil des Fables de Jean de La fontaine ; il s'agit de la fable XI du Livre XIII. A travers le récit d'une amitié entre deux amis vivant au Monomotapa, une province africaine éloignée de la France, La fontaine veut ainsi pousser le lecteur à réfléchir aux vertus de l'amitié.
Les deux amis sont des nobles, puisque Jean de La Fontaine parle de " palais ", l'ami réveillé propose de " l'argent " à son ami et sort son " épée ". Dans ce " palais " il y a des " valets " ainsi qu'une " esclave ". Mais ici, surtout et avant tout la noblesse se veut être une noblesse de cœur, de courage physique, morale et de la générosité, mais malheureusement certains nobles, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, sont couards et peureux.
Les Deux Amis
Les Deux Amis : Il court chez son intime .

Les deux Amis ( texte de Jean de La Fontaine ).

Deux vrais Amis vivaient au Monomotapa :
L’un ne possédait rien qui n’appartînt à l’autre :
Les amis de ce pays-là
Valent bien, dit-on, ceux du nôtre.

Une nuit que chacun s’occupait au sommeil,
Et mettait à profit l’absence du soleil,
Un de nos deux Amis sort du lit en alarme ;
Il court chez son intime, éveille les valets :
Morphée avait touché le seuil de ce palais.
L’Ami couché s’étonne ; il prend sa bourse, il s’arme,
Vient trouver l’autre, et dit : « Il vous arrive peu
De courir quand on dort ; vous me paraissiez homme
À mieux user du temps destiné pour le somme :
N’auriez-vous point perdu tout votre argent au jeu ?
En voici. S’il vous est venu quelque querelle,
J’ai mon épée ; allons. Vous ennuyez-vous point
De coucher toujours seul ? une esclave assez belle
Était à mes côtés ; voulez-vous qu’on l’appelle ?
– Non, dit l’Ami, ce n’est ni l’un ni l’autre point :
Je vous rends grâce de ce zèle.
Vous m’êtes, en dormant, un peu triste apparu ;
J’ai craint qu’il ne fût vrai ; je suis vite accouru.
Ce maudit songe en est la cause. »
Qui d’eux aimait le mieux ? Que t’en semble, lecteur ?
Cette difficulté vaut bien qu’on la propose.
Qu’un ami véritable est une douce chose.
Il cherche vos besoins au fond de votre cœur ;
Il vous épargne la pudeur
De les lui découvrir vous-même :
Un songe, un rien, tout lui fait peur
Quand il s’agit de ce qu’il aime.

Conclusion et ' morale' :

Dans cette fable bien rythmée et agréable qu'est Les Deux Amis, La Fontaine pousse son lecteur à réfléchir sur l'amitié en prenant cet exemple de deux amis dont l'affection l'un pour l'autre est tellement et si exagérément sincère qu'elle ne peut que relever de l'utopie.
Comme à son habitude, Jean de La Fontaine réalise de par là même une critique de la société et notamment ici en l‘occurrence, du manque d'amitié véritable chez les nobles et courtisans de la société française du XVIIème siècle. Malheureusement il semble bien que rien n’ait changé, et ce thème reste universel et plus que d'actualité de nos jours !!!
Fable
Fable : les deux amis de Jean de La Fontaine .

autres articles à lire :

Tous les articles ainsi que le contenu de ce site, comme indiqué en pages index, cgu et informations, sont mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, distribuer et modifier tant que cette note apparaît clairement:  "Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 France", ainsi que la provenance de contenu relayé. Leur utilisation, totale, en ligne, sur ce site est réservée à refOK.fr

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot ghky ?

Pour laisser un petit avis au passage, nul besoin d'avoir un site ou une adresse Internet, juste se donner un 'pseudo' ...
Les commentaires sont en 'dofollow', mais modérés à priori. Ils ne seront publiés qu'après vérification de votre message.
Si vous pensez ou désirez obtenir un backlink, votre commentaire doit être construit de manière cohérente, rédigé correctement ET avoir un minimum de contenu et de pertinence.