Accueil - Les Fables de Jean de La Fontaine - Le Torrent et la Rivière ( texte et commentaires )

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Le Torrent et la Rivière ( texte et commentaires )

Le Torrent et la Rivière est la vingt-troisième ( 23ème ) fable du livre VIII de Jean de La Fontaine, placé dans le second recueil des Fables de La Fontaine et édité pour la première fois en 1678. Une autre de ces petites perles dans laquelle le Torrent symbolise l'homme et la Rivière la femme.
C’est au cœur du dix-septième siècle classique que Jean de la Fontaine, empruntant les traces de ses illustres prédécesseurs (Esope, Phèdre, Pilpay), livre à ses lecteurs ses Fables, véritable condensé de sagesse populaire. Fidèle aux mots d’ordre de son siècle, « plaire et instruire », il analyse les mœurs de son temps et développe des morales dont l’objectif est de permettre aux hommes de s’adapter au monde auquel ils sont confrontés. Ici, un cavalier fuit. Dans sa course, il évite un torrent et préfère se cacher dans le lit d’une calme rivière, pour son plus grand malheur, car il périra dans les flots faussement paisibles....

Le Torrent et la Rivière .

Avec grand bruit et grand fracas
Un torrent tombait des montagnes :
Tout fuyait devant lui ; l’horreur suivait ses pas ;
Il faisait trembler les campagnes.
Nul voyageur n’osait passer
Une barrière si puissante ;
Un seul vit des voleurs ; et se sentant presser,
Il mit entre eux et lui cette onde menaçante.
Ce n’était que menace et bruit sans profondeur :
Notre homme enfin n’eut que la peur.
Ce succès lui donnant courage,
Et les mêmes voleurs le poursuivant toujours,
Il rencontra sur son passage
Une rivière dont le cours
Image d’un sommeil doux, paisible, et tranquille,
Lui fit croire d’abord ce trajet fort facile :
Point de bords escarpés, un sable pur et net.
Il entre ; et son cheval le met
À couvert des voleurs, mais non de l’onde noire :
Tous deux au Styx allèrent boire ;
Tous deux, à nager malheureux,
Allèrent traverser, au séjour ténébreux,
Bien d’autres fleuves que les nôtres.
Les gens sans bruit sont dangereux :
Il n’en est pas ainsi des autres.

Les illustrations les plus connues de la fable de Jean de La Fontaine.

le torrent et la rivière
le torrent et la rivière : Illustration par Grandville ( première édition de 1855 ).
le Torrent et la Rivière
le Torrent et la Rivière : fable de Jean de la Fontaine, illustrée par cette gravure de Louis-Simon Lempereur d'après Jean-Baptiste Oudry.

Proposition de commentaire sur la Fable.

I ) Deux protagonistes opposés.
- - LA Puissance et brutalité du torrent
allitération en"r" et "c" v1 qui traduit la brutalité des "trombes d'eau" (harmonie imitative) + répétition de "grand", champ lexical de la peur "horreur" (allégorie), "trembler", "menaçante", "tout" + "nul voyageur" = caractère d'universalité, tt le monde en a peur...
- - La Tranquilité de la Rivière
image du "sommeil", accumulation de termes mélioratifs (champ lexical de la tranquillité), image de facilité à la traverser ("fort facile" , "pur et net")...
II ) Une apparence trompeuse qui permet au fabuliste de dégager la morale.
- - Le Torrent se révèle "inoffensif" et la Rivière dangereuse
construction de la phrase v9 reprise vers 10 "ce n'était que" et "notre homme n'eut que "+ "bruit sans profondeur" lui fit "d’abord" croire > il est ensuite détrompé, "mais non" > opposition avec la tranquillité décrite, le terme péjoratif "onde noire est une rupture
- - La morale de la fable grâce à une généralisation
Le Torrent et la Rivière, écrits avec majuscules sont représentatifs des torrents et des rivières mais aussi des gens "avec" et "sans bruits" : ce sont des types ...
III ) La problématique de cette Fable de jean de la Fontaine.
Le fabuliste a donc choisi le genre de la fable pour nous transmettre une réflexion sur la nature humaine. Le lecteur se voit guidé vers la construction du sens, par une stratégie argumentative particulièrement efficace. En effet, le récit se met au service de l’argumentation par sa capacité à charmer un lecteur captivé par une action rapide et dramatisée. Ainsi il peut opposer les caractères pour pousser le lecteur à la réflexion: doit-on se fier aux apparences ?
La réponse est catégoriquement négative. Le pauvre cavalier n’aurait pas dû se fier au calme apparent de la rivière car il dissimulait sa fureur sournoise. Le fabuliste pousse ainsi son lecteur à dépasser les apparences pour éviter les déconvenues.

autres articles à lire :

Tous les articles ainsi que le contenu de ce site, comme indiqué en pages index, cgu et informations, sont mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, distribuer et modifier tant que cette note apparaît clairement:  "Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 France", ainsi que la provenance de contenu relayé. Leur utilisation, totale, en ligne, sur ce site est réservée à refOK.fr

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot uxkfc ?

Pour laisser un petit avis au passage, nul besoin d'avoir un site ou une adresse Internet, juste se donner un 'pseudo' ...
Les commentaires sont en 'dofollow', mais modérés à priori. Ils ne seront publiés qu'après vérification de votre message.
Si vous pensez ou désirez obtenir un backlink, votre commentaire doit être construit de manière cohérente, rédigé correctement ET avoir un minimum de contenu et de pertinence.